À un an des Jeux, les athlètes ont une dernière occasion de se tester sur le parcours olympique. C'est en effet ce week-end que se dispute la Coupe du Monde de Pékin, véritable test en matière d'organisation et de course pour la grand-messe d'août 2008. Certains concurrents jouent gros, à l'image de Frédéric Belaubre.

Pekin.jpg

photo : ITU

Le Français voudra en effet se racheter de sa contre-performance début septembre au Mondial (40e). À Hambourg, il avait paru sans force. Le parcours totalement plat n'était pas non plus à son avantage. À Pékin, le tracé lui convient à merveille. Il y a toujours brillé puisqu'il a gagné l'épreuve l'an dernier et fini 2e en 2005 (derrière l'Américain Hunter Kemper). Frédéric Belaubre a une belle opportunité de faire taire les sceptiques et de montrer à ses adversaires qu'il est toujours aussi fort. Il a fait de cette Coupe du Monde le rendez-vous majeur de sa saison. Dimanche, il saura si sa préparation était la bonne.
Les autres Français abattent aussi une carte importante. La fédération a choisi en effet Pékin comme l'une des trois courses de référence (avec Lisbonne et Madrid l'an prochain) pour la qualification aux Jeux. Tony Moulai, meilleur tricolore au Mondial (12e), a paru le mieux en jambes à Hambourg. Stéphane Poulat était bien également. Auteur d'une belle attaque à vélo (mais rattrapé par le peloton), il a montré une forme intéressante. Son profil de nageur – rouleur est adapté au parcours de Pékin. La preuve, il a accroché le podium l'an dernier en Chine (3e). Les trois autres tricolores (Cédric Fleureton, Laurent Vidal, Samuel Pierreclaud) ont aussi les moyens de s'illustrer sur le site des Jeux.
La concurrence sera redoutable puisque des nations majeures, comme les Etats-Unis, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et le Canada, ont fait de cette manche de Coupe du Monde une étape décisive pour le choix de leurs sélectionnés olympiques. Les meilleurs mondiaux sont donc là et voudront être aux avant-postes. Impossible de les citer tous. Parmi les favoris figurent le nouveau champion du monde Daniel Unger (All), son compatriote Jan Frodeno, Javier Gomez (Esp), Brad Kahlefeldt (Aus), Simon Whitfield (Can), Hunter Kemper (Usa).
Chez les femmes, le gratin international s'est aussi déplacé. En revanche, la lutte pour la victoire devrait se résumer à un duel entre Vanessa Fernandes, n°1 mondiale et toute nouvelle championne du monde, et Emma Snowsill (Aus). Laura Bennett (Usa), 3e à Hambourg, peut peut-être s'imiscer dans la bagarre. Mais elle aura du mal à contenir la Portugaise qui reste sur deux victoires consécutives à Pékin.
Les Françaises ont réussi un joli Mondial. Espérons que Jessica Harrison (9e) et Carole Péon (13e) seront dans les mêmes dispositions. Marion Lorblanchet (31e) devra se montrer meilleure qu'en Allemagne, d'autant plus qu'elle se bat pour un troisième dossard olympique. La France n'en a pour l'instant que deux. L'attribution d'un autre ticket s'effectue en fonction des résultats de la troisième athlète d'une nation au ranking international. La place de Marion à Pékin sera donc déterminante.
La course des femmes se dispute demain, celle des hommes dimanche.

La sélection française
Hommes : Frederic Belaubre, Cedric Fleureton, Stephane Poulat, Tony Moulai, Laurent Vidal
, Samuel Pierreclaud

Femmes : Jessica Harrison, 
Marion Lorblanchet, Carole Péon

Retrouvez le résumé de la course sur www.triathlete.fr et le reportage complet dans le prochain numéro de Triathlete Magazine qui a dépêché à Pékin un de ses photographes.