(de notre envoyé spécial). Il y a quelques heures, on s'interrogeait sur la possibilité pour Emma Snowsill de décrocher un quatrième titre mondial. L'Australienne devra patienter avant d'y parvenir. Elle a en effet été battue cet après-midi à Hambourg par l'inévitable Vanessa Fernandes. Le duel entre les deux femmes était attendu, il a eu lieu.
1ere Vanessa FERNANDES (POR)

photos : Thierry Deketelaere

Cette fois, contrairement à l'an dernier à Lausanne, il a tourné à l'avantage de la Portugaise. Il faut dire que son adversaire wallaby a entamé les débats d'une bien mauvaise manière. 17e temps en natation, elle a manqué le groupe de tête qui s'est formé à la sortie de l'eau. Un groupe que Fernandes a au contraire attrapé. Comme Jessica Harrison. En revanche, les deux autres Françaises (Carole Péon et Marion Lorblanchet) ont nagé trop lentement pour se joindre à la tête de course.
Rapidement, les treize de devant ont pris une belle avance à la faveur d'une bonne collaboration et d'une mésentente à l'arrière. Parmi elles figuraient trois Américaines (Laura Bennett, Sarah Haskins et Sarah Groff), deux Australiennes (Emma Moffatt, Annabel Luxford), trois Allemandes (Ricarda Lisk, Anja Dittmer, Joelle Franzmann), une Suissesse (Magali di Marco Messmer), une Néerlandaise (Birgit Berk), une Sud-Africaine (Mari Rabie), une Portugaise (Vanessa Fernandes) et Jessica Harrison. Au fil des tours, l'écart des fuyardes se stabilisait autour de la minute.

DEPART FEMMES

Derrière, les deux groupes de chasse se rejoignaient par l'entremise de Nicola Spirig (Sui) qui ramenait sur son porte-bagage une quinzaines d'athlètes. Emma Snowsill figurait donc dans cet énorme pack, en retard de 1'08 à la transition. Pour l'Australienne, l'affaire semblait mal engagée. Au contraire, celle de Vanessa Fernandes se présentait sous les meilleurs auspices.
Elle rattrapait rapidement Laura Bennett, plus prompte qu'elle à la transition, avant de grignoter au fil des bornes d'innombrables secondes. Des secondes qui se transformaient en minute après seulement 5 km de course à pied. Autant dire que les 260 000 spectateurs (ndlr : estimation donnée par la police allemande) assistaient à une stupéfiante promenade de santé. Quel dommage pour le suspense qu'Emma Snowsill ait raté sa natation.
Car l'Australienne a effectué une course à pied extraordinaire (ndlr : meilleur temps en 32'55, soit 8'' de mieux que Fernandes). Elle remontait une à une ses adversaires pour cueillir une inespérée médaille d'argent, juste devant l'Américaine Laura Bennett qui s'octroie là son quatrième podium sur un Mondial.
De podium, il n'en a pas été question pour les Françaises. Malgré tout, elles sont à créditer chacune de très belles performances. Dans le coup dès la natation, facile à vélo, Jessica Harrison a sorti une course à pied digne de son meilleur niveau. Bien sûr, elle n'a pas été en mesure de rivaliser avec des gazelles comme Fernandes ou Snowsill. En revanche, elle a réussi à courir en compagnie de Haskins alors que, de son propre aveu, l'Américaine est potentiellement plus forte qu'elle à pied. Elle s'est même offert le luxe de la battre au sprint pour prendre la 9e place. Je suis très contente. C'est mon meilleur résultat en Mondial (14e l'an dernier à Lausanne.

HARRISON HAMBURG

Carole Péon, 13e, a elle aussi réussi son meilleur championnat du monde (ndlr : 15e il y a deux ans au Japon). Heureuse de sa prestation, la tricolore pestait malgré tout sur le manque de collaboration à vélo au sein de son groupe. J'étais quasiment la seule à rouler. Si toutes les filles avaient fait un effort, on serait revenu sur la tête. Et avec la forme qu'elle tenait (ndlr : 8e temps à pied), elle aurait pu entrer dans le Top 6. Cela n'aurait pas été le cas de Marion Lorblanchet. Elle aussi dans le groupe de chasse, elle a accusé le coup à pied. La faute à des problèmes gastriques intervenus le matin de la course. Au début de la course à pied, j'étais pliée en deux. Heureusement, cela allait mieux après. Si sa 31e place semble modeste, elle est importante dans la perspective des Jeux.
La France est en effet à la lutte avec la Suisse et l'Autriche pour l'obtention d'un troisième dossard à Pékin. Ce dossard se joue sur la 3e athlète au ranking international de chaque nation. A Hambourg, si elle a été devancée par l'Autrichienne Kate Allen (la championne olympique a fini 20e), elle a en revanche devancé la Suissesse Daniela Ryf (36e). Les Françaises ont donc rempli leur contrat aujourd'hui sur les bords de la mer du Nord.

TRANSITION.jpg

1. Vanessa Fernandes (Por) 1:53:27
2. Emma Snowsill (Aus) 1h54:31
3. Laura Bennett (Usa) 1:54:37
4 Emma Moffatt (Aus) 1:54:54
5. Ricarda Lisk (All) 1:54:59
6. Anja Dittmer (All) 1:55:04
7. Magali di Marco (Sui) 1:55:09
8.Joelle Franzmann (All) 1:55:15
9. Jessica Harrison (Fra) 1:55:26
10. Sarah Haskins (Usa) 1:55:27
13. Carole Péon (Fra) 1:56:01
31. Marion Lorblanchet (Fra) 1:58:24

RETROUVEZ LE REPORTAGE COMPLET ET TOUTES LES PHOTOS DU MONDIAL DANS LE NUMERO DE NOVEMBRE DE TRIATHLETE MAGAZINE