Pierre Beccamel est une force de la nature. Ou un stakhanoviste de l'effort. Sûrement les deux. À 67 ans, l'Avignonnais a enchaîné ce week-end le Mondial de Lorient et l'étape du Tour.

Sitôt son triathlon terminé dimanche soir, il a sauté dans sa voiture et roulé toute la nuit, en compagnie son épouse Michelle, pour se rendre en Ariège. Pas vraiment une mince affaire quand on vient de se taper des heures d'efforts. Pierre Beccamel a en effet bouclé le championnat Longue Distance en 5h59'34, en 406e position. Sorti de l'eau en 1h16'24, il a mis 2h37'29 pour boucler les 80 km de vélo et 1h55'02 les 20 bornes à pied.
Évivemment, le parcours cycliste très roulant entre Lorient et Guidel n'était rien comparé à ce qui l'attendait dans les Pyrénées. Il devait en effet emprunté l'itinéaire que les coureurs du Tour suivront le 23 juillet à l'occasion de la 15e étape. Une étape considérée comme la plus dure de cette Grande Boucle. 196 km entre Foix (Ariège) et Loudenvielle (Haute-Pyrénées), parsemés de cinq cols (Port, Porte d'Aspet, Menté, Port de Bales, Peyresourde). Pierre Beccamel est donc parti à l'assaut de la montagne, comme 7000 cyclotouristes dont l'Américain Greg Lemond (triple vainqueur du Tour).
Mais le triathlète d'Avignon en a vu d'autres. Au cours de son carrière, il a en effet bouclé 7 fois Hawaii, 10 fois Roth et Lanzarote, 3 fois Embrun, 18 fois Nice, sans oublier des Ironman au Brésil et en Australie. Pour la petite histoire, il s'est fracturé la clavicule il y a quelques mois. Décidément, rien ne l'arrête.