Euro 2006

(de notre envoyé spécial). C’est demain 30 juin que se disputera le championnat d’Europe Courte Distance. Après une halte réussie l’an dernier à Autun, en Bourgogne, la compétition se déroule nettement plus au nord, à Copenhague (Danemark). Les conditions météo devraient beaucoup changer par rapport à la saison dernière. Aujourd’hui, le thermomètre ne dépassait les 18° avec un temps très nuageux. La météo locale prévoit les mêmes conditions.

Malgré ce temps maussade, les Français brilleront-ils ? C’est toute la question, eux qui ont pris la bonne habitude de s’illustrer lors de l’épreuve continentale. Le doublé Belaubre - Fleureton, reproduit deux années consécutives, est le meilleur exemple de cette domination tricolore. « Répéter l’exploit est un vœu pieux », assure Philippe Fattori, le responsable de la préparation olympique.
« Nos athlètes sont des gabarits légers, habiles dans les bosses, qui peuvent optimiser leurs qualités pédestres après un parcours vélo vallonné. Or, cette fois, le parcours est tout plat, y compris à pied. Et il n’y a pas les meilleurs nageurs du circuit, capable de provoquer un coup après la première transition. » Si le technicien tricolore ne part pas perdu, il ne souhaite pas viser trop haut. « Un podium chez les hommes serait très bien. »
Qui de Belaubre ou de Fleureton a les meilleures chances d’y parvenir ? Peut-être ni l’un ni l’autre. La solution pourrait venir de Laurent Vidal, « le Français le plus régulier cette saison », souligne Philippe Fattori. Les tricolores auront à composer avec une forte concurrence, d’où émergent quelques favoris : le Danois Rasmus Henning, champion d’Europe en 2004 avant Frédéric Belaubre, Tim Dom, le Britannique champion du monde, Javier Gomez Noya, l’Espagnol n°1 mondial.
Chez les femmes, la tâche s’annonce encore plus ardue. Cette saison, seule Jessica Harrison est entrée dans un Top 8 de Coupe du Monde. C’était à Des Moines (Ohio, USA), il y a deux semaines et demie. Carole Péon est handicapée par une blessure aux ischios. Comme Belaubre (longtemps blessé au pied gauche), elle part dans l’inconnue. Quant à Marion Lorblanchet, meilleure Française l’an dernier à l’Euro (6e), elle demeure trop irrégulière. La victoire, elle, semble promise à la Portugaise Vanessa Fernandes, triple tenante du titre et sans réelle concurrente à l’échelon européen.
C’est peut-être chez les juniors que la France a le plus de chances de ramener des médailles. Aurélien Raphaël a les moyens de conserver sa couronne continentale. Vincent Luis et Etienne Diemunsh peuvent aussi tirer leur épingle du jeu. Charlotte Morel peut aussi rêver, même si le niveau d’ensemble des engagées est difficile à jauger.
Suivez l’Euro en direct sur www.triathlete.fr

Le programme
Samedi 30
9 h : juniors femmes
10h40 : juniors hommes
13 h : élite femmes
16 h : élites hommes
Dimanche 1er
A partir de 9 h : groupes d’âge
A partir de 15 : relais
La sélection française
Hommes : Frédéric Belaubre, Cédric Fleureton, Tony Moulai, Samuel Pierreclaud, Laurent Vidal
Femmes : Jessica Harrison, Marion Lorblanchet, Carole Péon