Chaque mois, Benoît Valque délivre quelques conseils aux débutants dans le magazine Triathlete. Voici ceux qui figuraient dans le numéro de juillet.

Pourquoi ne pas tenter votre premier triathlon « OFF »

Qu’est ce que cela signifie ? Il s’agit de réaliser l’épreuve que vous visiez initialement pour votre premier triathlon, mais en dehors d’un cadre compétitif, d’une épreuve officielle. Tout d’abord, définissez les distances exactes que vous visez. Il peut s’agir d’un XS, d’un S ou d’un M. Ensuite, choisissez le bon jour pour le réaliser. Vous pourrez opter pour une natation en piscine ou en milieu naturel, selon les possibilités qui s’offrent à vous. Libre à vous de le réaliser seul, ou à plusieurs, mais essayez autant que possible de limiter les temps de latence entre les disciplines. Préparez donc votre matériel à l’avance.

Cette option est doublement intéressante :

- D’une part vous pourrez vous tester en condition (presque) réelle et ainsi vous rassurer, dédramatiser l’enchainement des trois disciplines - D’autre part vous allez vous mettre en confiance avant votre premier triathlon officiel, et ainsi l’aborder dans de meilleures conditions.

L’été, la saison de tous les dangers

En tant que débutant, surtout s’il s’agit de votre premier été de néo-triathlète, vous devez avoir à l’esprit que les conditions d’entraînement sont compliquées en période de forte chaleur. Tout d’abord l’hydratation doit devenir une priorité, une préoccupation quotidienne, pendant vos séances mais également en dehors. 2 litres d’eau par jour constitue un minimum en dehors des séances. Ensuite, il est probable que vous éprouviez davantage de difficultés lors de vos séances, surtout en course à pied. La chaleur peut également engendrer une fréquence cardiaque plus haute qu’à l’accoutumée. Il faut en faire l’expérience, sachant que l’organisme possède des capacités d’adaptation.

Inutile de tout miser sur des sorties longues

Pour viser un format XS ou S, l’intérêt des sorties longues est très limité. Il est préférable de jouer sur la fréquence des séances, c'est-à-dire de multiplier des séances courtes, mais les plus rapprochées possibles. Toutes disciplines confondues, 4x45’ par semaine valent mieux que 2x1h30, par exemple. Ne négligez pas non plus les enchaînements, qui vous permettront d’être plus efficace le jour J. Pratiquez donc « souvent », mais « pas longtemps », telle est la meilleure méthode lorsque l’on débute, puisqu’en outre vous limiterez ainsi la fatigue générée par vos séances.