Benoît Valque, notre spécialiste entraînement, livre de nouveaux conseils aux néophytes du triathlon.

Compenser la coupure en natation

Tous les triathlètes ont un point commun : l’arrêt du protocole d’entraînement en ce qui concerne la natation, ce qui n’est pas forcément le cas des autres disciplines (certains sont équipés de home trainer ou de tapis de course). Il faut bien garder à l’esprit que le renforcement musculaire, le crossfit, le gainage, les pompes ou tout autre exercice ne peuvent pas compenser l’arrêt de la natation. Vous pouvez entretenir votre condition physique et votre musculature mais le geste technique (donc la glisse) ne peuvent pas être travaillés en dehors du bassin. Le principe de spécificité est plus marqué en natation, car la technique prend une place prépondérante dans cette discipline. Le phénomène de transfert entre les disciplines n’est donc d’aucun secours en ce qui concerne le geste technique. En tant que débutant il faut donc vous rendre à l’évidence : vous allez reprendre non pas à zéro, mais avec un niveau moindre.

Attention danger !

A la reprise de l’entraînement après les mesures de confinement le risque de surentraînement est grand. Deux écueils principaux guettent : céder au phénomène d’excitation et multiplier les séances et/ou vouloir rattraper le temps perdu. Seulement la raison doit l’emporter : il ne faut pas augmenter trop rapidement la charge d’entraînement, que ce soit en terme de volume ou d’intensité. Plus vous avez ralenti votre préparation et plus le risque est important : suivez le rythme qu’impose votre organisme.

Les principes de base de l’hydratation

On parle beaucoup de l’hydratation dès lors que les températures augmentent. Rappelons donc les principes de base. Au quotidien, en dehors de toute activité sportive, il faut boire 1,5L d’eau par jour. Une quantité supérieure est inutile. Avant l’effort il faut veiller à ne pas débuter votre séance avec une dette hydrique. Dans le cas contraire votre performance sera altérée Pendant l’effort il est impératif de vous hydrater si votre séance excède une heure et/ou si elle est intensive et/ou si elle se déroule en milieu confiné (home trainer, natation, tapis de course). Après l’effort il faut vous réhydrater pour compenser les pertes hydriques. Le moyen le plus simple est de s’appuyer sur la fréquence et la couleur des urines.

Le cardio au poignet

Tout comme la formule 220-âge n’est pas vérifiée, les mesures effectuées par un cardio au poignet sont très souvent faussées. Il est courant que des valeurs erronées apparaissent, avec des valeurs supérieures à votre FCMax alors même que vous êtes en endurance. A contrario vous pouvez avoir des valeurs anormalement basses sur des séances d’intensité, ou une FC dans une zone d’endurance en pleine séance d’intensité. Inutile de vous inquiéter, encore moins de consulter si vous retrouvez des valeurs anormales, par exemple une FCMoyenne à 180bpm lors d’un footing ou une FCMax à plus de 200bpm. Si vous souhaitez vous entraîner « au cardio » seule la ceinture permet, à ce jour en tous cas, de disposer de valeurs conformes à la réalité.