Des plateaux de rêve. Incontestablement, les spectateurs qui assisteront ce week-end, à Nice, aux championnats du monde Ironman 70.3 vont se régaler. Près de 6 000 concurrents sont attendus pour cette épreuve qui sera décomposée en deux journées, la première réservée aux femmes le samedi, la seconde aux hommes le dimanche.

Course féminine

Une nouvelle fois, Daniela Ryf sera bien difficile à battre. Sur les cinq dernières éditions, la Suissesse en a remporté quatre. Son seul échec date de 2016 où elle avait été boutée hors du podium (4e).

775140809MW00320_IRONMAN_Wo

Une nouvelle fois, comme à Hawaii, son adversaire numéro un sera la Britannique Lucy Charles-Barclay, sa dauphine de l'an passé.

Nice Charles.jpg

Lauréate en 2016, la compatriote de cette dernière, Holly Lawrence, devrait être aussi une rivale coriace.

Une troisième Britannique sera également à surveiller de près, Emma Pallant, vice-championne du monde en 2017 et récente lauréate à Vichy, même si elle avait déçu l'an passé.

EMMA-PALLANT-ARRIVÉE.jpg

Quatre autres athlètes ayant terminé dans le Top 10 de la précédente édition seront de la partie : la Brésilienne Pâmella Oliveira (4e), la Tchèque Radka Kahlefeldt (5e), la Suissesse Imogen Simmonds (6e) et l'Australienne Ellie Salthouse (8e).

La seule absente de marque sera l'Allemande Anne Haug, 3e l'an passé.

Nice podium 2018.jpg



Côté français, elles seront deux pros au départ. Lauréate de la répétition générale l'an passé, Manon Genêt vient de prouver en terminant 3e à Vichy, à seulement 3' d'Emma Pallant, qu'elle était en belle forme et qu'elle pouvait espérer un beau résultat sur ce championnat du monde.

MANON-GENÊT-VELO.jpg

La tâche sera plus ardue pour Jeanne Collonge (7e de l'Ironman 70.3 de Vichy) qui aura l'avantage de bien connaître le terrain.

COLLONGE-CAP.jpg

Course masculine

Athlète du Court ou athlète du Long ? De laquelle de ces deux catégorie sera issu le concurrent qui sera sacré champion du monde Ironman 70.3 dimanche à Nice ?

A noter avant de passer en revue les principaux favoris l'absence du tenant du titre l'Allemand Jan Frodeno, aussi brillant sur le Court (champion olympique et du monde) que sur le Long (champion du monde à la fois sur 70.3 et Ironman).

Nice podium 2018 hommes.jpg

Habitués à croiser le fer sur la série WTS, Javier Gomez et Alistair Brownlee auront sans aucun doute les faveurs des bookmakers. À eux deux, ils totalisent sept titres mondiaux sur Courte Distance (5 pour l'Espagnol, 2 pour le Britannique) et trois médailles olympiques (1 en argent pour l'Espagnol, 2 en or pour le Britannique)

Sur Longue Distance, l'avantage est largement en faveur de l'Espagnol, qui compte déjà cinq médailles mondiales : trois en or (2 sur Ironman 70.3 en 2014 et en 2017 et 1 sur l'épreuve ITU) et deux en bronze (3e en 2015 et 2018 sur Ironman 70.3.

De son côté, le Britannique, qui est plutôt novice en la matière, n'a dans son escarcelle que sa médaille de bronze de cette même course l'an passé. Tous deux ont prouvé leur forme récente : Javier a bouclé la saison WTS par une 3e place finale et Alistair a remporté l'Ironman 70.3 d'Irlande.

Nice Gomez.jpg

Mais un 3e athlète du Court pourrait les mettre d'accord pour la victoire finale. Il s'agit de Kristian Blummenfelt, qui vient de triompher lors de la finale mondiale à Lausanne.

ARRIVEE BLUMENFELD.jpg

En remportant l'Ironman 70.3 de Bahrein l'a passé en établissant un nouveau record du monde sur la distance (3h29'04), le Norvégien a prouvé que la distance lui allait comme un gant. Lors de cette même course, il devançait son compatriote Gustav Iden qui a lui aussi brillé de mille feux à Lausanne (4e).

Côté spécialistes du Long, on retrouvera trois champions du monde au départ : les Allemands Sebastien Kienle (2 titres sur 70.3 en 2012 et en 2013 et un sur Ironman en 2014) et Patrick Lange (double tenant du titre Ironman) ainsi que le Belge Fred Van Lierde (médaillé d'or en 2013).

Ce dernier aura l'avantage de bien connaître le terrain, lui qui a décroché de nombreuses victoires sur la Promenade des Anglais (5 victoires sur l'Ironman). L'an passé, lors de la répétition générale, le Belge avait été devancé par le talentueux jeune Américain Rodolphe Von Berg, sacré champion d'Europe en juin dernier au Danemark devant un certain... Javier Gomez.

Tous trois devront sortir le grand jeu à vélo s'ils veulent décrocher la palme.

Peuvent être cités comme outsiders l'Américain Ben Kanute , le Belge Pieter Heemeryck, l'Australien Sam Appleton et le Britannique Adam Bowden, respectivement 4e, 5e, 6e et 7e l'an passé, l'Allemand Andi Boecherer (lauréat à Aix ces deux dernières années) et le Belge Bart Aernouts (2e à Hawaii l'an passé).

775140809MW00325_IRONMAN_Wo

Côté français, Yvan Jarrige semble détenir la meilleure chance. Quinzième l'an passé, il a également obtenu une très belle 4e place lors de la répétition générale.

JARRIGE-ARRIVEE.jpg

Les deux autres Français sont plutôt spécialistes de la distance full : Cyril Viennot (3e de l'Ironman de Suisse cette année) et Romain Guillaume (6e de l'Embrunman en août dernier).

Format : 1,9-90-21

La course débutera dans les eaux turquoise de la Mer Méditerranée avant d’attaquer un parcours exigeant à vélo avec l’ascension du Col de Vence. La journée se terminera par un semi-marathon sur l’historique Promenade des Anglais en bord de mer.

Programme :

Samedi 7 septembre

7h : départ des pros femmes

7h08 : départ des groupes d'âges femmes__

Dimanche 8 septembre

7h : départ des pros hommes

Vous retrouverez les start-lists complètes sur ironman.com 7h08 : départ des groupes d'âges