L'étape d'Hambourg sourira-t-elle une nouveau fois aux triathlètes français ? L'an passé, les Bleus avaient fait feu de tout bois lors de la manche allemande du circuit WTS en décrochant trois médailles (or pour Cassandre Beaugrand et pour le relais mixte, argent pour Vincent Luis). Qu'en sera-t-il pour l'édition 2019 qui se déroulera ce week-end (samedi pour les épreuves individuelles, dimanche matin pour le relais mixte) ?

Depuis son triomphe de l'an passé, Cassandre Beaugrand a alterné le bon et le moins bon. Classée à la 19e place du Ranking, la Française n'a pas fait mieux que 7e cette année lors de la première étape à Abu Dhabi. Croisons les doigts pour qu'un nouveau déclic s'opère samedi dans la cité allemande. L'an passé sur cette même course, la Pisciacaise avait devancé Laura Lindemann et Katie Zaferes.

Hormis une 4e place lors de la finale à Gold Coast, l'Allemande n'a rien fait de probant depuis, se contentant d'un seul Top 10 à Yokokama. Mais le fait de courir à domicile peut une nouvelle fois lui faire pousser des ailes.

Quant à l'Américaine, elle est sur son nuage depuis quelques mois. Cette saison, sur les cinq étapes qu'elle a effectuées, elle compte quatre victoires et une deuxième place. On voit mal actuellement qui pourrait lui faire mordre la poussière. Surtout avec l'absence de sa première dauphine, Jessica Learmonth (4 podiums cette année).

Malgré l'absence de sa leader, la Grande-Bretagne s'annonce redoutable lors de cette étape. En grand forme actuellement (une victoire et une deuxième place sur ses deux dernières courses), Georgia Taylor Brown a longtemps tenu tête à Katie Zaferes la semaine dernière à Montréal.

Hambourg Taylor Brown.jpg

Et si on assistait également à un réveil de la championne du monde Vichy Holland, bien décevante cette saison (un seul Top 8 à son actif). Assez régulière depuis le début de l'année (2 Top 5 et un Top 8), Non Stanford ne devrait pas être loin du podium non plus.

Côté américain, outre Zaferes, Taylor Spivey (3e du Ranking avec 2 podiums) et Summer Rappaport (2e à Yokohama) seront à surveiller de près également.

Trois autres Françaises sont engagée sur cette épreuve. Excellente 6e lors de sa dernière course à Leeds, Léonie Périault a retrouvé une confiance qu'elle avait un peu perdue.

Hambourg Periault.jpg

Quant à Sandra Dodet et Émilie Morier, inexpérimentées sur ce circuit, elles essaieront de se rapprocher du Top 20.

Et si Nicola Spirig venait mettre tout le monde d'accord ? Pas revue depuis le 25 août 2018 en raison de la naissance de son 3e enfant, la double médaillée olympique, 4e l'an passé, a déjà prouvé par le passé qu'elle pouvait être performante dès sa rentrée.

Hambourg Spirig.jpg

Chez les hommes, aucun athlète ne domine la compétition (5 étapes, 5 vainqueurs différents). Pour preuve, Fernando Alarza, leader du classement provisoire, ne compte qu'un podium à son actif. Comptant un résultat de moins que l'Espagnol, Vincent Luis peut être considéré comme le véritable maillot jaune de la compétition. Lui aussi n'a pas été impérial même s'il compte un succès à Yokohama. Le Génovéfain a souvent brillé à Hambourg (1er en 2015, 2e en 2014 et en 2018). L'an passé, il avait été devancé par Mario Mola.

Hambourg Luis Mola.jpg

Après une entame de saison victorieuse à Abu Dhabi, le champion du monde a connu une longue période de doute, engrangeant les contre-performances (3 courses au-delà de la 20e place). L'hémorragie s'est arrêtée la semaine dernière à Montréal où l'Espagnol a retrouvé les joies du podium (2e) certes face à une concurrence moins redoutable que celle qui l'attend à Hambourg. Au Canada, il a été battu par le surprenant Belge Jeele Geens, qui voudra prouver à tous les observateurs qu'il ne s'agissait pas d'un accident.

Hambourg Geens.jpg

Troisième du classement provisoire, Javier Gomez a été d'une régularité de métronome depuis son retour sur le circuit WTS après une escapade sur le Long (1 podium et 1 Top 5). Mais il n'a pas réalisé les coups d'éclat dont il était coutumier. Constat inverse pour l'Australien Birthwistle lauréat à Leeds mais inconsistant par ailleurs. Idem pour Dorian Coninx lauréat aux Bermudes et moins tranchant lors de ses autres prestations.

Hambourg Coninx.jpeg

D'autres concurrents ont les moyens de se mêler à la lutte pour le podium : le Sud Africain Henri Schoeman (1 podium et 1 Top 5), le Belge Marten Van Riel (2 Top 8), le Norvégien Kristian Blummenfelt (Un Top 5), les Français Pierre Le Corre (2 Top 8) et Léo Bergère (1 Top 5), le Canadien Tyler Mislawchuk (1 podium), le Norvégien Gustav Iden (1 podium), le Sud-Africain Richard Murray (1 Top 5) et le Britannique Jonathan Brownlee (4e l'an passé). À noter que le frère ainé de ce dernier, Alistair qui vient de gagner l'Ironman d'Irlande, sera le seul absent de marque de cette épreuve.

Hambourg Bergere.jpg

N'oublions pas non plus dans les surprises possibles les deux jeunes révélations du début de saison, le Britannique Alex Yee (1 podium et un Top 5) et le Hongrois Bence Bicsak (1 podium et 2 Top 8).

Hambourg Yee.jpg

Comme à l'accoutumée, le public devrait être nombreux pour assister à cette épreuve qui se déroule en plein centre-ville d'Hambourg.

Le lendemain de ces deux courses, la France remettra son titre de champion du monde de relais mixte en jeu.

WTS TRIATHLON WORLD HAMBURG 2018

Nous vous en dirons plus une fois les compositions d'équipes dévoilées.

Triathlete sera présent sur place pour vous faire vivre l'évènement.

Formats des courses :

- Individuelles : 750 (1 tour) - 21 (6 tours) - 5 (2 tours)

- Relais : 300 (1 tour) - 7 (2 tours) - 1,7 (2 tours)

Programme

Samedi 6 juin

- 14 h : départ course femmes

- 16h30 : départ course femmes

Dimanche 7 juin

- 9h30 : départ relais mixte