Le raccourcissement des distance va-t-il changer la donne ? Telle est la question que se posent beaucoup d'observateurs après la décision prise par les organisateurs de réduire les parties cycliste et pédestre en raison de la forte canicule qui sévit actuellement sur la France.

C'est la préfecture qui a contraint les organisateurs à prendre cette décision. Il y a quelques jours, c'était même l'annulation pure et simple de l'épreuve qui était demandée. Les deux parties se sont finalement mis d'accord sur le format suivant : 3,8 km de natation, 152 km de vélo et 30 km de course à pied (1 boucle en moins).

Ce matin, les principaux favoris, qui ont participé à la conférence de presse, avaient l'air de prendre plutôt bien ce changement de format. Selon eux, cela n'empêchera pas les meilleurs du jours de s'imposer.

Quintuple lauréat de l'épreuve, Frederik Van Lierde compte bien inscrire pour la 6e fois son nom au palmarès de l'épreuve. Auteur d'un début de saison presque parfait (victoire à Lanzarote et aux Sables d'Olonne), le Belge a annoncé qu'il abordait l'Ironman de Nice au meilleur de sa forme et de sa confiance.

CONF VAN LIERDE.jpg

L'un de ses principaux rivaux, James Cunnama compte bien lui mener la dure. Troisième ici-même et à Hambourg l'an passé, le Sud-Africain aimerait bien changer de marche du podium.

Absent à la conférence de presse, Cameron Wurf devrait être lui aussi très redoutable. Deuxième en 2016, l'ancien cycliste pro australien a beaucoup progressé depuis gagnant notamment l'Ironman du Pays de Galles et terminant 9e à Hawaii l'an passé.

En revanche le raccourcissement des distances ne va pas arranger les affaires du Belge Diego Van Looy (lauréat de l'Embrunman l'an passé) qui concède toujours beaucoup de terrain en natation.

L'attraction de la course sera l'ancien champion de natation, Camille Lacourt qui a avoué avoir une boule au ventre depuis 2 jours et qui n'aura que seul objectif de devenir finisher.

TRIATHLON IRONMAN NICE 2019

Côté français, les meilleures chances reposeront sur Kevin Rundstadler, Kevin Maure, Thomas André, Antoine Méchin et Alexandre Blain.

Chez les femmes également, une athlète va tenter la passe de six, en étant également de nationalité belge. Il s'agit de Tine Deckers, lauréate en 2009, 2010, 2012, 2014 et 2016.

Un peu en retrait ces derniers temps, la Flamande n'abordera pas cette course en favorite, surtout après le changement des distances (NDLR : elle n'excelle pas en natation).

TRIATHLON IRONMAN NICE 2019

Elle laissera ce statut à l'Australienne Carrie Lester, qui lui avait succédé en 2017 avant de prendre la 2e place derrière Corinne Abraham l'an passé.

Manon Genêt compte bien s'immiscer dans ce duel. Troisième l'an passé, la Française a une belle réussite sur les épreuves du Sud de la France, comme l'attestent ses succès lors des 70.3 d'Aix et de Nice l'an passé. Manon aborde cette course en pleine confiance, avouant qu'elle n'avait jamais été aussi sereine qu'actuellement.

2 826 athlètes sont inscrits sur cette édition 2018. 54 % sont de nationalité française.

Parmi eux, 1 489 effectueront leur première course sur Ironman.

Départ de la course : 6h25 (pro hommes), 6h26 (pro femmes), 6h30 (groupes d'âges en rolling start).